SCHWEIZERISCHE HOCHSCHULKONFERENZ
CONFERENCE UNIVERSITAIRE SUISSE
CONFERENZA UNIVERSITARIA SVIZZERA
   Bundesamt für Bildung und Wissenschaft
Office fédéral de l'éducation et de la science
Ufficio federale dell'educazione e della scienza
Uffizi federal da scolaziun e scienza

Appel aux propositions
Campus Virtuel Suisse



2000 – 2003

 

Programme fédéral
pour la promotion des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement supérieur,
selon la loi fédérale sur l’aide aux universités (1999)

 

Octobre 1999

 

Impressum

Date de remise des esquisses de projet (en 4 exemplaires): 30 novembre 1999 Auprès de:

Conférence universitaire suisse
Sennweg 2
3012 Berne

Adresses de contact

Conférence universitaire suisse
Sennweg 2
3012 Berne
Jean-Marc Barras
Fax 031 302 17 92
E-Mail: jean.barras@shk.unibe.ch
http://shkwww.unibe.ch

Office fédéral de l’éducation et de la science
Hallwylstrasse 4
3003 Berne
Dr. Franziska B. Marti
Fax 031 322 78 54
E-Mail: franziska.marti@bbw.admin.ch
http://www.admin.ch/bbw

Office fédéral de la formation professionelle et de la technologie
Effingerstrasse 27
3003 Berne
Prof. Dr. Beat Hotz-Hart
Fax 031 371 82 89
E-Mail: beat.hotz@bbt.admin.ch

Prof. Bernard Levrat
Department of Computer Science
University of Geneva
Rue General Dufour, 24
1211 Geneve 4
Fax 022 705 77 80
E-Mail: Bernard.Levrat@cui.unige.ch
http://cuiwww.unige.ch/~levrat/


http://www.virtualcampus.ch

http://www.edutech.ch


Table de matières

1 Introduction
2 Description du programme
2.1 Objectifs
2.2 Structure du programme
3 Organisation et gestion du programme
4 Agenda
5 Plan financier
6 Information
7 Conditions de participation et instructions pour les auteurs de projets
8 Procédure de sélection
9 Critères d’éligibilité et de sélection des projets
Glossaire 10


1 Introduction

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication exercent une influence grandissante sur notre vie quotidienne. L’enseignement supérieur doit lui aussi s’adapter à ce contexte nouveau. Des expressions telles que l’enseignement à distance, le multimédia, l’apprentissage " indépendant du lieu et de l’heure ", " virtuel ", " just in time ", " tout au long de la vie " sont entrées dans notre vocabulaire ou y ont pris un sens nouveau. Une des questions clés qui se posent à la société de l’information est la suivante : quels moyens donner aux étudiants et aux enseignants pour qu’ils puissent transformer l’information en savoir et en savoir-faire avec un maximum d’efficience ? D’autres questions attendent une réponse : quel sera l’impact des offres d’apprentissage virtuel sur les méthodes d’enseignement et d’apprentissage ? Comment favoriser l’interaction et la collaboration dans l’apprentissage virtuel ? Comment inciter à un apprentissage autonome? Dans ce but, des offres optimalisées sur les plans didactique, pédagogique et ergonomique suffisent-elles? Quel est le rapport coût/bénéfice ? Qu’est-ce que la société peut attendre du Campus virtuel suisse à moyen et à plus long terme ? Toutes les disciplines se prêtent-elles à l’enseignement virtuel ? Les méthodes d’enseignement et d’apprentissage du Campus virtuel suisse risquent-elles de pénaliser certains acteurs du système ? Il ne faut pas oublier, enfin, un autre facteur clé de la future réussite du Campus virtuel suisse : c’est le plaisir que trouveront les enseignants et les étudiants à évoluer dans le monde de l’enseignement virtuel.

Le programme Campus virtuel suisse concerne le domaine des hautes écoles (universités, EPF, HES). Il a pour finalité de répondre à certaines de ces questions et à promouvoir la " société de l’information " en Suisse. Plus concrètement, le Campus virtuel suisse proposera aux étudiants une mobilité virtuelle leur permettant de participer activement au processus d’apprentissage. Le programme prévoit le financement de projets consistant à développer des modules d’enseignement de qualité, disponibles sur Internet et qui concernent de préférence des filières suivies par un grand nombre d’étudiants. Ces modules doivent s’insérer dans les plans d’études des écoles participant au projet. Une grande importance est attribuée à la collaboration entre les écoles et à l'orientation internationale des projets.

Chaque projet devra s’appuyer sur une équipe pluridisciplinaire associant, aux spécialistes du domaine enseigné, des personnes qualifiées sur le plan pédagogique, didactique et ergonomique, assurant l’excellence du produit conformément à " l’état de l’art ". Pour faciliter la mise en place du Campus virtuel suisse dans les meilleures conditions, des mandats d’étude seront confiés pour des études " horizontales " couvrant principalement des aspects pédagogiques, didactiques, ergonomiques, juridiques et économiques, le développement d’outils communs sur des plates-formes stables ou encore le système d’unités capitalisables (credits). Les HES pourront en outre être dotées de centres d’appui pédagogique et technique.

La mise en œuvre du programme Campus virtuel suisse a été approuvée par les Chambres fédérales dans le contexte des contributions liées à des projets au sens de la loi fédérale sur l’aide aux universités, sur la base du message du 25 novembre 1998 relatif à l’encouragement de la formation, de la recherche et de la technologie pendant les années 2000 à 2003 (texte disponible sur le site www.admin.ch/bbw). Le programme se fonde principalement sur la proposition du groupe d’experts FU.NT (Formation universitaire et nouvelles technologies) de la Conférence universitaire suisse. La Confédération a prévu une enveloppe de 30 millions de francs pour la réalisation du programme dans les universités cantonales. Les EPF et les HES participeront, avec leurs propres moyens, au développement du Campus virtuel suisse.


2 Description du programme

2.1 Objectifs

Le programme Campus virtuel suisse s’inscrit dans un processus visant à promouvoir la " société de l’information " et à faire bénéficier la formation – et plus particulièrement l’enseignement supérieur – des possibilités offertes par les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Le Campus virtuel suisse veut offrir aux étudiants une mobilité virtuelle, soit la possibilité de participer activement à des processus d’apprentissage et de suivre à l’écran des cours de qualité reconnue. Sur le plan pratique, l’objectif principal consiste à développer des unités d’enseignement disponibles sur Internet – notamment pour les cours suivis par un grand nombre d’étudiants.

Dans le champ des HES et pour tenir compte de leurs besoins spécifiques, les projets pourront également concerner la formation continue et le développement de l’offre de services dans le domaine de la didactique et de la méthodologie de l’enseignement virtuel. Le programme pourra aussi servir à aider les HES à se doter de centres d’appui pédagogique et technique.

Trois objectifs sont principalement visés :

2.2 Structure du programme

Projets

Pour réaliser les objectifs du programme, un certain nombre de projets seront soutenus par des mesures spéciales de la Confédération durant une période de trois ans au maximum. Les EPF et les HES ainsi que d’éventuels partenaires privés ou étrangers financeront leur propre participation tout en étant invités à participer pleinement au Campus virtuel suisse.

En principe, chaque projet devra viser la réalisation d’un cours pouvant être suivi à travers le réseau Internet, comprenant la présentation de la matière enseignée, des exercices, séminaires ou travaux pratiques suivant les cas, des possibilités d’aide en ligne ou en présentiel et des procédures d’évaluation (auto-évaluation et examens). Les projets d’unités d’enseignement concernant un grand nombre d’étudiants sont particulièrement bienvenus. Ces cours seront mis au plan d’études des partenaires du projet.

Les projets du Campus virtuel suisse s’appuient sur une équipe pluridisciplinaire associant aux spécialistes du domaine enseigné, des personnes qualifiées sur le plan des nouvelles technologies et de la pédagogie, qui participeront à l’élaboration du contenu pédagogique et au choix des techniques d’enseignement à mettre en œuvre. Les buts et le contenu du cours proposé seront déterminés par tous les partenaires, qui devront avoir réglé la question de la reconnaissance, le cas échéant du nombre de crédits, dans leur propre établissement. Ce sont eux qui valideront le produit fini avant d’en autoriser l’utilisation. La réalisation des modules du cours se fera dans l’une, voire plusieurs, des institutions intéressées. Elle – ou l'une d'elles - assurera la direction du projet par une personne compétente engagée au moins à mi-temps, de bonnes conditions matérielles pour la réalisation des objectifs et une possibilité de test des modules dans des conditions d’enseignement contrôlées.

Les projets du Campus virtuel suisse se distinguent d’autres efforts visant l’amélioration de l’enseignement par l’introduction des nouvelles technologies de l’information et de la communication par le fait qu’ils visent à développer des cours entiers pouvant être pris de façon autonome à travers Internet. Complémentaires à l’offre existante, ils préparent ainsi la voie à l’enseignement à distance et au " Life-long learning ". Par leur caractère autonome, les projets du Campus virtuel suisse se prêtent à une diffusion à l’extérieur de la Suisse.

Mandats d’études

Des études " horizontales " serviront à faciliter la mise en œuvre du Campus virtuel suisse dans les meilleures conditions. Ayant en vue l’ensemble du programme, ces études porteront sur des aspects particuliers du Campus virtuel suisse : juridiques (droits d’auteur, protection des données, etc.), didactiques, ergonomique, économiques (relations coût/bénéfice, commercialisation de produits, etc.) ou techniques (site EDUTECH, etc.) ou encore des questions se rapportant au système d’unités capitalisables et à la reconnaissance.


3 Organisation et gestion du programme

La gestion du Campus virtuel suisse sera confiée à la nouvelle Conférence universitaire suisse (et en attendant son instauration, à l’actuelle CUS), conformément au message du Conseil fédéral sur la formation, la recherche et la technologie, période 2000–2003.

Deux organes sont chargés de préparer puis mettre en œuvre le programme : la Commission Campus virtuel suisse et un Comité de pilotage. Cette double structure de gestion (Commission et Comité de pilotage) permet d’entretenir des relations étroites avec les universités et hautes écoles – relations indispensables pour le succès du programme – tout en assurant une évaluation indépendante des propositions de projet par des experts reconnus.

Le programme étant approuvé par les Chambres fédérales, la mise au concours est ouverte et les esquisses de projet peuvent être déposées. Le comité de pilotage procédera à l’évaluation des esquisses et sélectionnera les auteurs qui seront invités à présenter un dossier complet (requête). Sur la base des requêtes ainsi recueillies, le Comité de pilotage classera les projets par ordre de priorité, formulera les mandats d’étude et établira un concept pour l’attribution des fonds ainsi qu’un plan d’exécution détaillé. Les requêtes émanant de HES ou prévoyant la participation d’une HES sont approuvées par l’OFFT. Le Conseil des EPF en fera de même pour les projets qui concernent les EPF. Le Comité de pilotage proposera à la CUS l’attribution de la première tranche de fonds, motivera ses choix et soumettra le budget 2000 et le plan financier 2001–2003 à l’approbation de la CUS.

Le controlling et la révision du programme Campus virtuel suisse sont assurés par l’OFES. Un rapport sur l’avancement des projets et un rapport financier devra être rendu tous les ans. Le rapport de la deuxième année jouera un rôle important comme rapport intermédiaire du programme; en tant que tel il aura une incidence sur le prochain message du Conseil fédéral. Le rapport final sera à la base de la troisième phase du programme ; il comprendra une évaluation du programme (analyse d’impact) et donnera ainsi à la CUS la possibilité de tirer des conclusions du programme Campus virtuel suisse et de formuler des recommandations en direction des responsables de la politique de l’enseignement supérieur. Une manifestation publique d’information aura lieu au terme du programme.


4 Agenda

30 novembre 1999

Dépôt des esquisses de projets

15 janvier 2000

Les auteurs sélectionnés sont invités à présenter un dossier complet (requêtes formelles)

Vraisemblablement
29 février 2000


Dépôt des dossiers (requêtes)

Été 2000

Attribution des fonds de projet (première tranche) et des mandats d’études par la CUS

2001/02

Attribution de la deuxième tranche


5 Plan financier

L’enveloppe de 30 millions de francs prévue dans le message du Conseil fédéral pour le financement du programme, des projets et des mandats d’études est réservée aux universités. Les EPF, les HES et d’autres partenaires participent aux projets à leurs propres frais. Les projets émanant des HES ou prévoyant la participation d’une HES sont financés, à des conditions analogues, sur le crédit fédéral des HES.

Les frais communs (activités transversales) de projets auxquels participent universités, EPF et HES sont pris en charge par le programme.

On attend des cantons qu’ils participent dans une mesure appropriée (30-50%) au coût des projets. Les éléments pris en compte au titre de participation du canton sont définis dans l’ordonnance sur l’aide aux universités, qui prévoit aussi une possibilité de dérogation à cette règle de cofinancement. La CUS n’approuve un projet qu’à la condition qu’il soit agréé par tous les bailleurs de fonds.

A la suite de l’appel aux propositions lancé en octobre 1999, une première série de dix à quinze projets pourra démarrer à la fin de l'été 2000, avec une dotation financière de l’ordre de 15 millions de francs. Une deuxième tranche de 10 millions de francs est réservée à des projets ultérieurs, à des mandats d’études complémentaires ou encore à l’extension de projets en cours. 3,4 millions de francs sont réservés à des mandats d’études (" études horizontales ").

Une enveloppe de 1,6 million de francs est réservée à la gestion du programme (y compris les groupes d’experts et les ressources humaines qui leur sont affectées, les évaluations, les expertises, les rapports, les manifestations, etc.).

Le plan financier provisoire prévoit l’affectation suivante de l’enveloppe de 30 millions de francs:

 

2000

2001

2002

2003

Total

Projets

4

6,0

7,5

7,5

25

Mandats d’étude

0,6

0,65

1.1

1,05

3,4

Gestion

0,4

0,35

0,4

0,45

1,6

Total

5

7

9

9

30


6 Information

Les informations concernant le programme sont disponibles sur le web, auprès des institutions participantes et auprès du président de la commission (adresses voir impressum).


7 Conditions de participation et instructions pour les auteurs de projets

Les esquisses de projet doivent être déposées jusqu'au 30 novembre 1999 au Secrétariat de la Conférence universitaire suisse, Sennweg 2, 3012 Berne, par le leading partner pressenti. Chaque projet doit réunir plusieurs partenaires des hautes écoles (en principe au moins deux membres associés et un leading partner). D’autres partenaires (partenaires industriels, partenaires étrangers) susceptibles de contribuer au succès du projet sont les bienvenus. Les fonds du programme Campus virtuel suisse sont réservés aux participants des universités cantonales et à la couverture des frais communs (activités transversales) des participants des EPF et des HES. Les esquisses de projet doivent renseigner sur le soutien apporté par l’université d’attache.

Les esquisses de projet (6 pages max.) doivent être rédigées en français, allemand ou anglais. Déposées en 4 exemplaires, elles doivent fournir les informations suivantes :


8 Procédure de sélection

Les esquisses de projet sont évaluées par le comité de pilotage en fonction des critères cités ci-dessous et des conditions générales régissant le programme. A cet effet, le comité de pilotage peut faire appel à des experts. Les auteurs des esquisses sélectionnées seront invités, en janvier 2000 vraisemblablement, à présenter un dossier complet (requête formelle). Des instructions pour la présentation de la requête seront données dans la lettre d’invitation.


9 Critères d’éligibilité et de sélection

Les projets doivent être de nature à contribuer à la réalisation des objectifs du programme, cités au ch. 2.1 ; ils doivent remplir les conditions suivantes :

Dans son évaluation des esquisses de projet, le Comité de pilotage prendra également en considération les aspects suivants :

Afin de répondre aux besoins spécifiques des HES, leurs projets internes sont régis par les dispositions décrites ci-dessous.

En raison du triple mandat de prestation que la loi assigne aux HES et de l’orientation spécifique qui s’ensuit, les projets associant les HES placeront l’accent sur les aspects suivants :

Ces aspects seront précisés dans le plan d’exécution des actions HES. Les critères d’éligibilité et de sélection cités plus haut n’excluent pas les projets développés conjointement avec les HES.


Glossaire

CUS

Conférence universitaire suisse

EPF

Écoles polytechniques fédérales

HES

Hautes écoles spécialisées

NTIC

Nouvelles technologies de l’information et de la communication

OFES

Office fédéral de l’éducation et de la science

OFFT

Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie

FU.NT

Groupe Formation universitaire et nouvelles technologies (groupe d’experts de la CUS)